Jean Nidetch, son surpoids a fait d’elle une millionnaire

janvier 24, 2018 Jeff Denis No comments exist
Partager l'article:
  • 27
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    27
    Partages

Jean Nidetch – db

 Une enfance banale

 

Née en 1923, son père était chauffeur de taxi et sa mère faisait des soins de beauté, plus précisément des manucures. Elle étudie le commerce au City College de New York. Après le décès de son père, elle commence à travailler à 19 ans. Jean est en surpoids depuis son enfance.

 Une addiction aux cookies

 

Après avoir quitté son emploi d’un commun accord avec son mari, elle devient femme au foyer. Elle s’occupe de la maison et des enfants. Elle adore faire des cookies. De son propre aveu, Jean aime faire des cookies et d’autant plus les manger. Ce petit péché mignon accentue son surpoids.

 

 

Un problème égale une solution. Si de nombreuses personnes partagent votre problème, il y a probablement un potentiel de business.

 

 

En effet, les clients payent pour une solution. Dans le cas de Jean Nidetch, sa solution est une aubaine pour de nombreuses femmes comme vous le lirez dans la suite.

 

 

Un environnement malsain

 

À cette époque, Jeanne se décrit de la façon suivante: elle était une femme en surpoids, mariée à un homme en surpoids, entourée d’amis en surpoids. Elle était entourée de mauvais exemples. On ne le répétera jamais assez, votre entourage est décisif à votre réussite. Entourez-vous d’alliés qui vous tirent vers le haut.

 

 

 Une femme active

 

Ses problèmes de surpoids ne l’empêchent pas d’être active. En effet, elle fait beaucoup de bénévolat au sein de plusieurs associations.

 

 

Ces activités lui permettent de développer des facilités pour communiquer qui plus tard lui seront très utiles en tant que conférencière dans son entreprise.

 

 

 Ses régimes sont des échecs

 

Jean essaie de nombreux régimes. Tous sont des échecs. En 1961 elle est désespérée et décide de consulter le département d’obésité de l’hôpital de New York pour trouver un régime qui lui convienne et qui fonctionne. Le régime fait ses preuves, cependant elle continue à être tentée de manger des produits interdits et souvent, elle succombe à la tentation.

 

 

On dit souvent qu’il vaut mieux être seul que mal accompagné, et dans une certaine mesure c’est vrai. Mais dans le long terme, rien ne vaut une compagnie qui comprends et qui vous aide.

 

 

 Le coup de génie

 

Elle ne sait pas comment lutter contre ces tentations. Elle pense à en parler aux infirmières de la clinique. La communication ne passe pas, elles ne comprennent pas car elles n’ont jamais eu besoin de faire de régime et n’ont jamais été confrontées à de tels problèmes. Elle décide de prendre le taureau par les cornes. Qui mieux que les femmes en surpoids pourraient la comprendre?

 

 

Elle invite chez-elle  6 amies en surpoids.  Elle partage avec elles les secrets de son régime pour le faire en groupe. Toutefois, elle recommande à ses amies d’aller voir un docteur et de trouver un régime qui leur est adapté. Elles le font.

 

 

Jean Nidetch se considère comme une aide émotionnelle. Elle n’est pas médecin. Sa priorité est de motiver ses copines et de s’assurer qu’elles appliquent leur régime. Elle considère que se nourrir de façon compulsive est  un problème émotionnel et donc, une approche adaptée s’impose. Pour elle, c’est du bon sens.

 

 

Le groupe d’amies se réunit dans le salon de Jean une fois par semaine et les résultats sont là. La méthode Weight Watchers est née.

 

 

 

 Des talents qui font la différence

 

La méthode Weight Watchers aurait pu rester dans le salon de Jean Nidetch. C’était sans compter sur ses différents talents.

 

  • Elle est douée pour motiver les gens.

 

  • C’est une excellente oratrice.

 

  • Elle prêche ce qu’elle fait, c’est un exemple.

 

 

Rapidement, ces réunions hebdomadaires ont lieu 2 fois par semaine. Sa méthode marche, les gens autour d’elle le constatent, le bouche à oreille fonctionne.

 

Jean Nidetch – avant apres

 

Le bouche à oreille est la meilleure publicité dont vous pouvez bénéficier. Elle offre instantanément les avantages suivants :

 

  • On vous fait confiance car vous êtes recommandé par un proche.

 

  • C’est gratuit

 

  • Votre réputation augmente de façon exponentielle

 

 

Pour les clients qui ne peuvent pas se déplacer, elle les  rencontre à domicile. Sa clientèle s’élargit. Elle commence à créer des services adaptés au besoin de sa clientèle.

 

 

Elle crée un système gratifiant de badges pour encourager les participants aux meetings à perdre du poids.  Des badges de couleur pour les participants qui perdent leurs 5 premiers kilos, des badges en forme de diamant pour ceux qui en perdent 5 autres. Pour couvrir les frais, elle lance des frais de participation de 25 cents par réunion. Ça fonctionne…

 

Comment vérifier que vos services sont utiles ? Vos clients sont prêts à payer pour en bénéficier.

 

 

 

Du salon à la multinationale

 

Elle perd 33 kilos qu’elle ne récupèrera jamais, ses amies également. Parmi ses clients, on retrouve Al Lipper qui est un entrepreneur dans le monde du vêtement. Il suit un régime et participe aux groupes de réunion de Jean Nidetch. Il perd du poids. Il persuade Jean de transformer ses réunions en business. Ensemble, ils louent un cinéma pour faire les réunions et font payer un tarif d’admission de 2 $ pour couvrir les frais. À l’époque, cette somme représente le prix d’un ticket de cinéma.

 

 

Ils nomment la société “Weight Watchers” (les gardiens du poids). Avec l’expérience de Lippert dans le monde de l’entreprenariat, le succès est assuré. Ils ouvrent un bureau à New York avec l’aide d’anciennes participantes.

 

 

 

Les clés du succès de Weight Watchers

 

Les ambassadrices

 

Le choix des ambassadrices est crucial chez Weight Watchers. Elles doivent avoir suivi le programme et ne pas avoir repris de poids. Elles doivent être capable de manifester de l’empathie envers les nouvelles participantes.

 

 

La répartition des rôles

 

Chacun à sa spécialité. Jean Nidetch s’occupe du développement du programme avec les clients tandis que Lippert est en charge des Finances et des produits dérivés comme des livres de cuisine, des repas adaptés au régime, une émission à la télévision locale…

 

 

 

En 1968 Weight Watchers entre en bourse.  La société a 81 franchises, elle est présente dans 43 états et dans 10 pays à l’international.

 

En 1978, 15 ans après sa création, Weight Watchers est vendue à la société Heinz, fameuse pour son ketchup, pour la somme de 71.2 millions de dollars (une somme énorme à l’époque).

 

 

Conclusion

 

Voici la formule secrète qu’a utilisée Jean Nidetch pour créer la société Weight Watchers:

 

  1. Connaître ses points faibles et trouver des solutions pour y remédier.

Jean Nidetch connaissait ses points faibles. Pour éviter de retomber dans les travers de ses précédents régimes, elle décide de réunir des copines qui ont le même problème qu’elle et de s’entraider. Elle a très bien compris qu’il est plus facile de réussir à plusieurs que tout seul.

 

  1. Mettre en avant ces talents.

Pour développer sa méthode, elle s’est appuyé sur ses talents. Elle était une excellente oratrice, elle savait motiver les gens. Elle était un exemple.

 

  1. Système gratifiant

Elle a créé un système gratifiant de badges pour encourager les nouvelles participantes à perdre du poids et un système d’ambassadrices qui permet aux meilleures de devenir une source de motivation pour ces participantes.

 

  1. Bien s’entourer

Elle a su s’entourer d’amies motivées pour commencer son régime et ne jamais reprendre de poids. Elle s’est associée à Al Lipper qui s’occupait des finances et des produits.

 

 

Voici les 4 secrets qui ont couronné le succès de la grande marque Weight Watchers. Maintenant c’est à vous de jouer.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *